Colloque international II

Facebook au tribunal en France ? Oui, mais pas pour sa collecte abusive d’informations ni pour la sécurisation des données personnelles ! Parce qu’elle a censuré l’Origine du monde de Gustave Courbet, huile sur toile de 1866 conservée au Musée d’Orsay. En jeu : la scène même de l’obscène – ce littéral « hors-scène » (ob-scaena) qui provoque rire, consternation, gêne ou explosion de violence lorsqu’il met « devant la scène ». Qu’en est-il alors en ce début de XXIe siècle qui multiplie et revisite ces scènes, de l’imprimé au numérique, du corps-à-corps de la performance à la réalité virtuelle ? Penser l’obscène maintenant, c’est en questionner les figures à l’aune de nouvelles pratiques qui changent ses contours pour interroger l’espace symbolique et matériel, la « médiasphère », où il prend forme et sens.

Autrefois confinée à l’intimité de l’appartement privé du psychanalyste Jacques Lacan, où cachée sous une toile du surréaliste André Masson elle était réservée à quelques rares regards, L’Origine du monde de Courbet s’expose désormais à la vue du plus grand nombre au Musée d’Orsay. En même temps, la même image, pourtant reproductible à l’infini dans la sphère numérique, s’attire à nouveaux les foudres des censeurs. De Facebook aujourd’hui, qui – prétextant une infraction aux règles du site en matière de pornographie – ferme le compte d’un utilisateur français ayant posté le tableau à des fins pédagogiques. Loin d’être anecdotique, l’épisode invite à revisiter, sur un plan aussi bien critique qu’historique, l’obscène à l’ère contemporaine. Notoirement floue dans ses définitions, qu’elles soient esthétiques, juridiques ou politiques, l’obscénité se donne à penser comme geste plutôt que comme concept. Performance qui met en crise, de façon tantôt ludique tantôt résolument plus problématique, les conditions et de production et de réception des mots, des images et peut-être même des idées qui, en les transgressant, interrogent les dispositifs matériels et symboliques qu’ils investissent. La première modernité, déjà, s’est inquiétée de ce qu’un nouveau support – le livre imprimé – rend possible en reconfigurant non seulement ce qui se dit, se montre et se pense, mais surtout comment les mots et les images font sens. Qu’en est-il alors aujourd’hui des gestes obscènes à un moment où les nouveaux (im)possibles de la révolution numérique s’expérimentent, se négocient encore ? Du livre à l’hypertexte, de la scène théâtrale aux manifestations politiques, des discours philosophiques aux pratiques juridiques, des médias grand public à la blogosphère, quels sont les effets, esthétiques et politiques, l’efficacité même de mots, d’images et d’idées qui posent la question de leur obscénité ?

Ce colloque est la deuxième conférence internationale organisée dans le cadre du projet de recherche franco-américain « Politiques de l’obscène : l’obscénité et ses médias, de Gutenberg au numérique » soutenu par le Thomas Jefferson Fund de la FACE Foundation après une première rencontre qui s’est tenue à l’Université de Californie à Irvine en février 2019 (« Politics of the Obscene : Obscenity and its Mediations in Early Modern Europe »).

Le colloque se veut interdisciplinaire réunissant des spécialistes de la littérature, de l’histoire de l’art, du théâtre, du cinéma, des sciences politiques, de la sociologie, de l’anthropologie, de l’informatique, du droit, de la médiation culturelle et des médias.

Affiche

Présentation

Publier l’obscène

Absent du vocabulaire d’un Rabelais, d’un usage toujours incertain chez un Montaigne, le mot « obscène » ne prend, en français, sa forme et son sens modernes qu’au seuil de l’âge classique dans la lutte contre ce qui serait, désormais, inacceptable, à mettre hors-scène (ob-scaena) selon une étymologie tout aussi contestée que productive de l’obscène. A travers l’obscénité – ses mots et ses images – se donne ainsi à lire comment le classicisme du XVIIe siècle français négocie l’héritage d’une Renaissance qui avait déjà cherché l’affirmation de sa modernité dans l’invention d’un temps autre, un « Moyen Age » disqualifié comme barbare et vulgaire, âge de toutes les perversions. Or entre ces deux moments charnières, l’automne du Moyen Age et le crépuscule de la Renaissance, s’opère précisément une reconfiguration en profondeur de la scène sur laquelle se produisent les mots et les images. Il s’agit, bien évidemment, de ce qu’il est convenu d’appeler la révolution de Gutenberg : l’invention de l’imprimerie et son impact sur la valeur d’usage, la production et la réception, la signification même d’un mot ou d’une image.  Dans ce qui en ses figures relève d’une mise à l’épreuve de ce qui peut être dit ou montré, l’obscène peut se comprendre comme symptôme de ce qui se joue – esthétiquement certes, mais aussi socialement et politiquement – dans cette redistribution des cartes au premier âge de l’imprimé. L’obscène fonctionne comme problématisateur à la fois historique et critique de ce à quoi engage le geste de publier – qui ne se limite alors pas à l’impression de livres, mais, plus généralement, donne à penser la dimension publique d’un discours ou d’une représentation, c’est-à-dire avant même toute considération du contenu d’une parole ou d’une image sa performance qui fait voir, entendre. Si les expressions de l’obscène à la première modernité sont incertaines et dans leur forme et leur signification, c’est qu’elles participent d’une interrogation sur les modes de représentation à un moment où la culture occidentale imagine de nouveaux partages, à commencer par celui entre le public et le privé. Et c’est en cela que, loin de marquer une rupture avec un Moyen Age insensible à leur trouble, elles se font l’écho d’un questionnement que les écritures médiévales ont exploré dans des dispositifs textuels et visuels sur lesquels se greffera la réinvention du livre à l’âge de l’imprimerie. Que l’on pense au rôle central qui revient à la présence d’une parole vive dans la poétique médiévale que les fictions d’un passage de l’oralité à l’écriture expérimentent dans ses effets de sens, ouvrant une interrogation aussi bien sur la production que la réception d’images et de mots soumis au jeu de re– et figuration d’une re-présentation. Le débat sur le Roman de la Rose au seuil de la Renaissance témoigne de l’inquiétude (et de la fascination) médiévale devant des signes en liberté qui deviennent alors une affaire publique.

C’est ces lignes de force qu’a permis de dégager la journée d’études Politiques de l’obscène : l’obscénité et ses médiations dans l’Europe de la première modernité qui s’est tenue à l’Université de Californie, Irvine le 27 février 2019 grâce au soutien du Thomas Jefferson Fund de la FACE Foundation et de l’Ambassade de France aux Etats-Unis, de l’Institut universitaire de France ainsi que de Humanities Commons (UCI). De la hantise d’un corps (et d’un sens) jadis pleinement présent dans le tracé de la main du scribe et désormais réduit à une prothèse défigurante dans l’écriture imprimée selon les premiers théoriciens de l’imprimerie (Katie Chenoweth) au défi herméneutique d’une obscénité que nos regards modernes sont conditionnés à ne pas voir dans ce qui est censé relever de l’art (Christophe Litwin) en passant par le rôle critique que jouent, tant au seuil de l’âge classique qu’aujourd’hui, les « libertinages de langue » dans les efforts de conjurer la plasticité des mots et de leurs significations (Gilles Magniont), les figures de l’obscène à la première modernité ont été questionnées par rapport à leurs conditions de production matérielles et idéologiques, à l’exemple de l’usage programmatique d’images scandaleuses dans les écrits et les représentations à l’ère des guerres de religion (Georges Van Den Abbeele). La dimension proprement politique de l’obscène a également été au cœur des communications consacrées aux transgressions d’une parole autre, à l’instar de l’affirmation d’une autorité féminine chez Christine de Pizan (Lorna David) ou dans les fictions renaissantes interrogeant à travers des figures troubles le rapport à l’autre dans les relations diplomatiques de la première modernité (Antónia Szabari). Du réinvestissement des mots et des images de l’obscène médiéval dans le passage du manuscrit à l’imprimé, à l’exemple de l’histoire mouvementée de la nouvelle et de sa mise en recueil (Nelly Labère), à la réinvention de l’obscène à l’âge classique, la « politique de l’obscène » a ainsi retrouvé son socle historique et critique dans les renégociations, symboliques et matérielles, du partage entre privé et public à la première modernité (Jean-Christophe Abramovici).

Nelly Labère / Peter Frei

Les mots et les images de l’obscène (Moyen Age / Renaissance): Nouvelles perspectives critiques (Paris, 14 décembre 2018)

Une première rencontre du groupe de recherche “Politiques de l’obscène: l’obscénité et ses médias, de Gutenberg au numérique” avec la participation de Pierre-Olivier Dittmar (EHESS) et Maud Pérez-Simon (Paris III, IUF) aura lieu à Paris le 14 décembre 2018 au Collège des Bernardins. L’événement est ouvert à toute personne intéressée.

Politiques de l’obscène

Si l’obscénité, au sens le plus courant du terme, expose ce que les normes d’une société refusent aux yeux et à la bouche, on peut se demander ce qui, au juste, s’expose, prend forme – autrement dit : se médiatise – dans ses manifestations. Se pose alors la question des enjeux tout aussi bien esthétiques, moraux que sociaux de cette médiation qui dans sa violence, qu’elle soit symbolique ou physique, vise à provoquer un dissensus qui n’a rien de gratuit, mais qui relève d’une logique proprement politique. En comprendre le geste revient à interroger les dispositifs (visuels, textuels) qu’il emprunte, parasite même, les médias dans et à travers lesquels intervient l’obscène. C’est là que nous chercherons les significations de l’obscénité ou, plutôt, les modes de signification qu’elle met à l’épreuve dans le double horizon des deux grandes « révolutions médiatiques » de la modernité : l’invention de l’imprimerie à la fin du Moyen Age et la nouvelle « médiasphère » qu’elle aura contribué à instaurer à la Renaissance ainsi que le nouveau régime médiatique du numérique dans lequel nous vivons aujourd’hui.

Ce carnet se veut une plateforme pour promouvoir les travaux réalisés dans le cadre du projet de recherche international « Politiques de l’obscène : l’obscénité et ses médiations, de Gutenberg au numérique » soutenu par le Thomas Jefferson Fund (Ambassade de France aux Etats-Unis/FACE Foundation):