Politiques de l’obscène

Si l’obscénité, au sens le plus courant du terme, expose ce que les normes d’une société refusent aux yeux et à la bouche, on peut se demander ce qui, au juste, s’expose, prend forme – autrement dit : se médiatise – dans ses manifestations. Se pose alors la question des enjeux tout aussi bien esthétiques, moraux que sociaux de cette médiation qui dans sa violence, qu’elle soit symbolique ou physique, vise à provoquer un dissensus qui n’a rien de gratuit, mais qui relève d’une logique proprement politique. En comprendre le geste revient à interroger les dispositifs (visuels, textuels) qu’il emprunte, parasite même, les médias dans et à travers lesquels intervient l’obscène. C’est là que nous chercherons les significations de l’obscénité ou, plutôt, les modes de signification qu’elle met à l’épreuve dans le double horizon des deux grandes « révolutions médiatiques » de la modernité : l’invention de l’imprimerie à la fin du Moyen Age et la nouvelle « médiasphère » qu’elle aura contribué à instaurer à la Renaissance ainsi que le nouveau régime médiatique du numérique dans lequel nous vivons aujourd’hui.

Ce carnet se veut une plateforme pour promouvoir les travaux réalisés dans le cadre du projet de recherche international « Politiques de l’obscène : l’obscénité et ses médiations, de Gutenberg au numérique » soutenu par le Thomas Jefferson Fund (Ambassade de France aux Etats-Unis/FACE Foundation):


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.