Présentation du projet (en français)

Politiques de l’obscène : l’obscénité et ses médiations, de Gutenberg au numérique

 

Programme de recherche international (2018-2020)

soutenu par le Thomas Jefferson Fund (France – Etats-Unis)

 

Notoirement floue dans ses définitions, l’obscénité n’est pas à proprement parler un concept. « Je ne sais ce que c’est, mais je la reconnais quand je la vois », ce mot d’un juge de la cour suprême des Etats-Unis est ainsi resté à juste titre dans les mémoires. L’obscène est, en effet, plutôt à comprendre comme « problématisateur » des codes esthétiques, sociaux et politiques qu’il défie dans ses transgressions. Il n’affirme rien, mais fonctionne comme opération critique en faisant voir ce que nous ne sommes pas censés voir, en disant ce qu’il est convenu de taire. Le contenu de ce qui scandalise varie d’une société, d’un moment historique à l’autre alors que le mécanisme reste celui du scandale au sens étymologique du mot : l’obscène est skandalon, « pierre d’achoppement », ce qui nous fait trébucher, à commencer par la pensée et la langue qui n’arrivent pas à le comprendre dans une définition. Au point que l’obscène sert aujourd’hui à dénoncer des comportements jugés indignes, à proprement parler inimaginables, même s’ils ne relèvent plus du tout d’une quelconque dérive sexuelle.

Or, l’obscène, d’hier comme d’aujourd’hui, a ses lieux. Lieux matériels – les espaces sociaux concrets où se pose la question de l’obscène, où justement il scandalise – et symboliques : les normes esthétiques, juridiques, politiques mêmes qu’il conteste. L’obscène ne scandalise pas seulement par ce qu’il expose (son contenu), mais par le mode (le comment) et les lieux d’exposition. Si la question de l’obscénité refait l’actualité dans nos sociétés contemporaines, c’est justement parce que les lieux en question deviennent mouvants. A la disparition progressive au cœur même d’un monde de plus en plus « globalisé » de la dimension « collective », constitutive d’une norme, de l’ordre social dans une postmodernité placée sous le signe de l’atomisation, de la fragmentation de valeurs et d’expériences de vie de plus en plus éclatées, s’ajoute en effet une recomposition – pour ne pas dire la décomposition – de la sphère dite « publique » – lieu par excellence de l’obscène. En jeu : la renégociation en cours du partage entre public et privé par la reconfiguration des dispositifs qui en médiatisent les rapports : les médias. Le terme est à prendre ici au sens large d’une « médiasphère » pour désigner l’espace symbolique (à savoir l’économie des valeurs et croyances, ce qui est tenu pour vrai ou juste dans une société) et matériel (les technologies et techniques) dans lequel les interactions sociales prennent forme et sens.  Autrement dit : la notion de « médiasphère » invite à penser l’ensemble de ce qui configure symboliquement et matériellement les conditions et formes de visibilité, de « dicibilité » et de recevabilité, c’est-à-dire la médiation de toute intervention dans le jeu social. Plutôt que de parler de « culture », nous privilégions ici le terme de « médiasphère » afin de souligner l’importance qui revient dans les contextes qui nous intéressent aux « médias » proprement dits.

Si le passé n’est guère en mesure de résoudre les problèmes du présent, il permet de mieux formuler les questions qui nous travaillent encore et toujours, ne serait-ce qu’en faisant entrevoir d’autres possibles. A l’image d’une obscénité entendue comme opération critique, le retour à la première modernité se veut ainsi ici une stratégie de problématisation historique et critique. En effet : si l’invention de l’imprimerie au XVe siècle, la révolution de Gutenberg, ne préfigure pas celle du numérique, elle offre un cas de figure qui permet d’explorer dans ses dimensions esthétique, sociale et politique la recomposition d’une médiasphère du moins tout aussi radicale que celle à laquelle nous assistons aujourd’hui. Et c’est précisément à l’issue de ce processus, au soir de la Renaissance, que prend forme l’acception moderne des mots « obscène » et « obscénité ». Autrement dit, l’obscène au sens moderne du terme est le produit de la mise en place de cette nouvelle médiasphère de l’imprimé.

Cette médiation de l’obscène au seuil de la modernité reste à être problématisée dans ses enjeux historiques et critiques. Et c’est justement l’ambition de ce projet qui réunira dans un premier temps des spécialistes du Moyen Age et de la Renaissance pour ensuite confronter leur travail aux recherches sur les formes contemporaines que prend l’obscénité dans ses manifestions littéraires, artistiques et politiques.

 

Peter Frei

Nelly Labère